Le marketing du toucher, késaco ?

29 mai 0 Commentaire Catégorie: Non classé

Élément du design sensoriel, le toucher est devenu un signe fort en termes de qualité perçue, notamment sur les produits haut de gamme.



Depuis les années 90, probablement influencé par la culture japonaise, le designer s’attache désormais à prescrire non seulement la couleur et les effets spéciaux qui s’y rattachent, comme le reflet, la matité ou la taille du grain métallisé, mais également le toucher qui peut être sec, caoutchouteux, grainé, chaud ou glissant.

 En effet, le toucher est une sensation qui va influencer le consommateur dans son choix. Lorsqu’il y aura cohérence entre la perception visuelle et la sensation tactile, le consommateur sera conforté dans la confiance qu’il aura mise à priori dans le produit. Cette nuance peut faire la différence face à une offre concurrentielle car elle renforce les critères de choix irrationnels mais indiscutables que sont les « goûts et couleurs ». Enfin, cette sophistication sensorielle permet également de positionner les produits sur des créneaux plus « haut de gamme”, aux marges plus confortables.

 Cette tendance est très forte, non seulement dans le textile et la mode, mais également dans l’univers de l’objet où le fameux toucher « soft » à base de matière caoutchoutique a eu un franc succès tant pour les téléphones que pour les agendas ou les stylos. Cela est dû non seulement à une sensibilité chez les designers et le consommateur, mais aussi à l’émergence de nouvelles technologies et matériaux qui permettent d’apporter ces nouveaux effets.

Ecrivez un Commentaire

Commenter Gravatar

QuebecoisEtCanadiens |
Leblogdumumbleswag |
Agorafgc |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | longchamp taschen
| Courant_alternatif
| Leshabitudesalimentaireslam...